Passereaux du jardin cet hiver !

Salut à toutes et à tous,
Aujourd’hui je vais vous parler des passereaux que j'ai photographiés cet hiver au mois du février depuis la fenêtre de mon salon bien au chaud ...

L'hiver ça caille, alors lorsque j'ai pas envie de sortir au froid je fais du shooting depuis ma fenêtre car j'ai la chance d'avoir un prunier assez volumineux d'une trentaine d'années, et de nombreux passereaux viennent régulièrement se percher comme des gros bec casse-noyaux, mésanges, pinsons, verdiers etc ...

On peut voir sur la série de photos la dureté de l'hiver !

Gros-bec casse-noyaux (Passereaux Coccothraustes)

Le Gros-bec casse-noyaux est une petite espèce de passereaux partiellement migrateur. C'est l'espèce la plus grande de la famille des fringillidés. Il est apparenté à certains gros-becs, actuellement classés dans des genres différents.

Le gros-bec est gros et corpulent, mesure environ 17 à 18 cm et se distingue par son énorme bec triangulaire, son cou épais et présente une queue assez courte. Ses yeux sont rosés ; ses pattes passent du sombre en hiver au rose clair en été. Il paraît légèrement disproportionné à cause de son cou très volumineux.

Le mâle adulte a la tête rousse et le cou noir, la nuque grise et le dos brun. Ses ailes larges sont bleu noir, traversées par une grande bande blanc roussâtre que l'on retrouve sous le ventre. Sa queue courte est brune avec le bout blanc. La femelle ressemble beaucoup au mâle excepté que sa tête est moins rousse et que ses secondaires sont grises.

Rouge-gorge familier (Erithacus rubecula)

Le Rouge-gorge familier est une espèce de passereaux. Classiquement placé dans l'ancienne famille des Turdidae, il figure actuellement, avec d'autres représentants de celle-ci (particulièrement les tariers et les traquets), dans celle des Muscicapidae.

Le mâle et la femelle sont presque identiques, avec une couronne, des ailes, un ventre blanc et la fameuse « gorge rouge », plus précisément de couleur orange foncé tirant vers le rouge. L'identification des jeunes peut se révéler difficile, car il leur manque la tache rouge et ils présentent un plumage brun tacheté ressemblant fortement à celui du jeune d'un membre de la même famille.

Le rouge-gorge est légèrement plus petit qu'un moineau avec une taille de 14 cm et un poids de 16 à 22 grammes, il est rondelet et haut sur pattes, ses yeux noirs sont également caractéristiques. L'âge maximal d'un rouge-gorge est de 18 ans.

Pinson des arbres (Fringilla coelebs)

Le Pinson des arbres est une espèce de petits passereaux, partiellement migrateur, très répandu, de la famille des fringillidés. C'est la plus fréquente et la plus répandue des trois espèces de pinsons.

Le Pinson des arbres adulte, d'environ 15 cm de long, ainsi que le juvénile possèdent deux barres alaires blanches, assez significatives et la queue est gris-ardoisé au centre, avec les rectrices blanches. Le bec du pinson est gris-bleu en été et se brunit en hiver, ses yeux sont marron foncé. Ses pattes et ses doigts sont brun clair à gris foncé. L'hiver, le plumage du pinson se ternit légèrement. Adulte, il pèse entre 20 et 25 g.

ci-dessus une scène assez atypique de ces deux pinsons dans la neige et cette roue d'un vieux vélo ...

Pinson du nord (Fringilla montifringilla)

Le Pinson du nord  est une espèce de passereaux appartenant à la famille des Fringillidae. C'est l'espèce la plus nordique du genre Fringilla.

Cette espèce mesure environ 15 cm. Le bec conique est noir ou jaunâtre à pointe noire. Les pattes présentent une coloration rose chair.
En plumage internuptial, les plumes de la tête du mâle sont grises et noirâtres piquetées de brun roux. Celles du dos sont noirâtres nettement festonnées de brun roux également.

Verdier d'Europe (Chloris chloris, anciennement Carduelis chloris)

Le Verdier d'Europe est une petite espèce de passereaux partiellement migrateur, très répandu, de la famille des fringillidés.                                                                                    

L'adulte mesure entre 14 et 15 cm de longueur et pèse entre 25 et 35 g. Il est trapu avec une grosse tête et un bec un peu épais de couleur corne.

Les yeux sont marron foncé et les pattes brun gris clair.

 Verdier du nord et Pinson des arbres

Ci-dessus un Verdier du nord et un Pinson des arbres se bataillent les graines que ma voisine leur donne, personnellement je suis assez partagé sur le nourrissage hivernal des oiseaux, est-ce bien leur rendre service? je me dis que oui et d'un autre coté j'ai un doute.

Si il y a des spécialistes sur la question je suis preneur ...

Mésange bleue (Cyanistes caeruleus)

 La Mésange bleue est une espèce de passereaux de la famille des paridés.

Plus petite que la Mésange charbonnière (11,5 cm pour un poids de 9 à 12 g),Son envergure est comprise entre 12 et 14 cm, elle se caractérise par sa calotte, son dos, ses ailes et le dessus de sa queue bleus, ses joues et son front blancs, un bandeau noir sur les yeux, sa poitrine et son ventre jaunes, ce dernier étant parfois marqué d'une très fine ligne noire.

Mésange nonnette (Poecile palustris, anciennement Parus palustris)

La mésange nonnette est de la même taille que la Mésange bleue, Le mâle et la femelle sont identiques. C'est des petits passereaux au corps gris-brun présentant une calotte noire jusqu'à la nuque, une petite tache noire sous le bec et des joues blanchâtres. Ses flancs sont dans les tons beige.

Mésange charbonnière (Parus major)

La mésange charbonnière  est une espèce de passereaux de la famille des paridés. C'est la plus commune des mésanges eurasiatiques.

 

La Mésange charbonnière est l'une des plus grandes mésanges (14 cm pour une envergure de 23 à 26 cm et une masse de 16 à 21 g), de la taille d'un moineau domestique.

Elle se caractérise par sa calotte noire, ses joues blanches, son dos verdâtre et une bande noire (ou « cravate ») tout le long de la poitrine et du ventre jaunes. Cette bande est moins large chez la femelle que chez le mâle.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

Voilà j'espère que ça vous plaira, j'attends vos commentaires avec impatience ...
 



  • Facebook
  • Delicious
  • Pinterest
  • Add to favorites
  • Email
ABONNEZ-VOUS à la NEWS ! et Recevez toute l'actu du Blog !


VOUS POUVEZ SURFER D'UN ARTICLE À L'AUTRE

« Mouette rieuse sur la plage de Ouistreham … Cyanistes caeruleus – Une jolie mésange bleue … »


16 Commentaires
  1. les pinsons et la roue juste magnifique, et les deux envol extraordinaire…. J’adore, ça me ferait presque regretter nos hivers enneigés !! bisous

    • Merci, presque regretter nos hiver 8O …
      ah c’est plus comme avant où il y avait des mètres de neige et de belles journées ensoleillées sous un beau manteau de neige , maintenant la neige tient plus et le temps est plutôt grisonnant, on le voit sur les photos c’est pas très lumineux mais ça a son charme aussi quand ça dure pas 6 mois :D

      a bientôt, bisous …

    • Merci Mathieu,
      c’est clair le contraste avec la neige donne une atmosphère particulière à la série et oui je suis chanceux car j’ai beaucoup de passereaux qui visitent mon prunier toute l’année …

      Je shoote depuis ma fenêtre et ce quelque soit le temps et c’est du bonheur …

      A bientôt !

  2. Antoinette Fehr (Netty)

    Trop chou ces passereaux!!! J’adore celle du Rouge-gorge et celle où le Verdier du nord et le Pinson des arbres se bataillent.
    Incroyable l’immense diversité d’oiseaux qu’il existe! J’imagine quel boulot ça doit donner pour déterminer le nom, la famille, male ou femelle, etc. Une petite tache en plus ou une bande plus large et tout change. En plus si tu fais des recherches dans des livres ou sur Internet, c’est parfois pénible, car là les photos ne sont pas toujours très claires ou ne montrent pas toujours les détails nécessaires pour pouvoir déterminer le nom précisément. Du moins, c’est ce qu’il m’arrive quand je fais des recherches sur « mes » poissons et je pense qu’avec les oiseaux ça doit être semblable.
    En tout cas: superbe boulot Joe!

    Bisous!

    • Merci Netty,
      c’est vrai que ce n’est pas toujours évident de déterminer les espèces d’oiseaux, mais à force de les observer et de se documenter ça devient assez simple et il y a de bonnes ressources pour l’identification, même si de temps en temps il y a un oiseau par-ci par-là que je ne connais pas …

      A bientôt, bisous !

  3. La photo du gros-bec casse-noyaux synthétise tout ce qui me charme dans l’hiver ; solitude, rudesse, froid… Le spectre colorimétrique est vraiment magnifique! Le tout s’accorde parfaitement, c’est vraiment chouette. Cette photo-ci sort vraiment du lot, même si le reste est très cool aussi. Tu vas vraiment finir à National Geographic mecton 8) !
    La bise.

    • Merci Damien,
      C’est vrai que la série à un certain charme, on oscille entre solitude nostalgique, délicatesse et rudesse de l’hiver, sinon pour le National Geo il fait toujours beau rêver …

  4. Balèze les photos des oiseaux en mouvement.
    T’as eu beaucoup de « pertes » ?

    Sinon, perso, je ne pense pas que ce soit les quelques graines de ta voisine qui vont entrainer un surpeuplement des oiseaux de la région.

  5. Et bien Fabien,
    les premières tentatives ont été une vrai frustration quand j’ai commencé à photographier les oiseaux et tout particulièrement en mouvement, mais avec de la persévérance et beaucoup de patience le taux de déchets photos à considérablement chuté.
    Après c’est une discipline où il faut accepter des photos ratées et comprendre pourquoi c’est loupé pour progresser.

    Sinon pour la série je n’ai pas eu beaucoup de pertes, et l’avantage du numérique c’est que si c’est manqué on efface et on recommence, idéal pour ce genre de photos où il faut beaucoup de pratique.
    En argentique je crois que ma paye ne suffirait pas …

    Pour le surpeuplement des oiseaux de la région on est d’accord, par contre ma voisine avec ses graines m’a permis de capturer la photo du Verdier du nord et Pinson des arbres en train de batailler et la scène est très parlante, combat pour survivre à l’hiver …

    Merci pour ton commentaire à bientôt.

  6. Superbe & instructif !
    Ça mérite le détour, et surtout le retour : ça s’est bien étoffé depuis ma dernière visite !
    L’une de mes préférées.. la mésange bleue au décollage. L’instant magique parfaitement saisi ! On en redemande… à quand les photos en vol ?
    Un must serait un vol en bi dans les Pyrénées.. accompagné par les vautours ! :-)
    Biza+

    • Merci Ben,
      content que ça te plaise, oui ça s’étoffe petit à petit et c’est que le début !
      la série sur la mésange bleue fait partie de mes photos préférées.
      Pour les photos en vol et bien quand tu es prêt pour voler en bi fais moi signe, je suis partant à 200% .
      Et oui dans les Pyrénées ça doit déchirer :mrgreen:
      A bientôt :wink:

  7. pratiquant également le petit mangeoire artisanal hors de porté des chats, j’ai le même doute…

    mais de toute façon, nous perturbons plus par la nuisance des éclairages, de l’appauvrissement de leurs ressources naturelles (insectes, végétaux sauvages) que le pire est déjà fait !

    du coup globalement les rares qui verrons l’hivers moins gris compenserons ceux chopés par les chats ou les voitures, par exemple.

    l’idéal , faudrait qu’on soit plus là du tout, mais on ferait plus de belle photo !

    • Je partage entièrement ton avis, l’impact de l’homme est catastrophique, et c’est clair que la nature serait un vrai havre de paix pour nos petits oiseaux, une merveille si on était pas là, mais comme tu dis plus de belles photos.
      Merci pour le partage :grin:

    • Je viens de lire l’article sur les makis (lémuriens) de l’île de M’Bouzi à Mayotte, et bien je dis très bien.

      Le lien pour ceux qui ont envie de lire l’article :

      http://www.code-animal.com/blog/2012/12/la-prefecture-de-mayotte-condamnee-a-nourrir-les-makis/

      Le blog à l’air vraiment bien …

Laisser un commentaire

;-) :twisted: :smile: :shock: :sad: :roll: :razz: :oops: :neutral: :mrgreen: :mad: :lol: :idea: :grin: :evil: :eek: :cry: :cool: :arrow: :???: :?: :!: