Photographie animalière : techniques, matériel et camouflage.

La photographie animalière est une discipline complexe qui me tient particulièrement à cœur et qui demande une certaine maîtrise technique, et surtout de bonnes connaissances naturalistes ( indispensable ).

C'est pourquoi j'ai décidé de consacrer un article complet sur cette discipline en vous dévoilant ce que j'ai pu apprendre ici et là, mais surtout ce que j'en ai compris lors de mon apprentissage sur le terrain. Et c'est bien sur le terrain que vous ferez vos armes pour réussir vos futures sorties photo animalières ...

 

Les débuts :

Lorsque l'on débute en photographie animalière, le manque d'expérience et de connaissance naturaliste fait que l'on rentre de nos sorties souvent bredouille, frustré quoi !

Je pense que c'est précisément à cet instant que le moment clé sur un éventuel avenir en photographie animalière s'offre à vous ou non ?

En effet pour ma part j'ai tout de suite compris que tout ce qui composait la nature avec notamment sa faune et sa flore me procurait de fortes émotions, et une envie irréductible d'aller à la rencontre des animaux sauvages et de la nature qui nous entourent !

Commence alors mon apprentissage, avec beaucoup de lecture de livres sur la photo animalière, achat de guides naturalistes sur les oiseaux, achat de mon canon 100-400 ...

Le seul conseil que je peux vous donner si vous débutez : documentez-vous le plus possible et ne restez pas bloqués sur des échecs mais multipliez les sorties sur le terrain : C'est la clé de la réussite !

ecureuil-mes-debut

Cet écureuil roux fait partie de mes premiers clichés animaliers réalisés, ça date de 2011

 

Pratiques morales en photographies animalières :

Avant de rentrer vraiment dans le vif du sujet, voici quelques bonnes pratiques que tout bon photographe animalier digne de ce nom se doit de respecter !

  • Ne jamais déranger ou mettre en danger un animal pour prendre une photo ( en effet, toucher un jeune animal ou un nid peut leur être fatal car les jeunes sont la plupart du temps abandonnés par les adultes).
  • On voit régulièrement des déchets jetés dans la nature, soyez citoyens, préservons la nature pour nous et pour les générations à venir !

 

Les différentes techniques en photographie animalière :

La photographie animalière est sans contexte l'école de la patience et surtout de l'observation. Pour photographier nos animaux préférés, plusieurs techniques s'offrent à nous :

  1. La billebaude (à l'approche) c'est une technique consistant à photographier ses sujets préférés au gré des rencontres, lors d'une balade.
  2. L'affût qui peut être fixe ou mobile ou encore flottant, cette technique demande une bonne connaissance des espèces que l'on veut photographier et beaucoup de patience :
  • Tout d'abord le point essentiel consistera à un bon repérage sans faire de photo pour préparer son futur affût et une étude comportementale de son sujet, observez !
  • Viens ensuite le moment de la prise de vue, comme nous avons préparé en amont le terrain : il n'y a plus qu'à se poster et à patienter sans se faire repérer.
  • Pour finir multiplier les sorties sur le terrain ...

Joe Bisceglia

Surtout ne faites pas comme moi :oops: sur la photo ci-dessus, penser à mettre des gants sur vos mains toutes blanches ...

Mais revenons un peu plus en détail sur ses deux techniques avec quelques petits conseils que j'ai appris et que j'essaie de mettre en pratique  :

  • L'approche :
  1. Il faut toujours approcher les animaux avec le vent de face, si vous avez le vent de dos les animaux vont vous sentir et fuir.
  2. Ne pas ressembler à un être humain ! portez des vêtements vert kaki ou des tenues camouflages. Et oui, tout ce qui ressemble à un être humain fait fuir ces petits animaux.
  3. Évitez de progresser debout mais plutôt accroupis, ne plus bouger si un animal vous regarde et évitez les gestes brusques. Pour les plus motivés, se déplacer en rampant.
  • L’affût :
  1. Postez-vous à un endroit de passage de vos animaux préférés et attendre (attention toujours à votre position par rapport au vent), et toujours camouflé.
  2. Des filets ou des bâches camou peuvent permettre de se fondre dans le décor.
  3. Si vous décidez de rester longtemps en poste et que vous êtes très patients, vous pouvez opter pour une tente de camouflage.
  4. Pour plus de confort une chaise, un trépied et un thermos seront les bienvenus ...

 

Le matériel en photographie animalière :

Concernant le matériel, cela va dépendre bien évidemment de votre budget.

  • En effet au niveau des objectifs, on privilégiera des focales plutôt longues : mais c'est cher ! Un 70-200mm pour des animaux peu ou pas farouches, mais par-contre pour les animaux sauvages un minimum de 400mm me parait indispensable pour ne pas déranger nos animaux adorés, et si votre budget le permet un 500mm ou 600mm et là c'est parti pour photographier des ours ...

Je sais, certains diront que l'on peut photographier des animaux avec une focale courte, mais les occasions sont extrêmement rares, à moins d'utiliser des pièges photos, mais là c'est une autre histoire ... Mais bon ça arrive quand même : voir la photo ci-dessous.

Joe Bisceglia

Voilà une p'tite photo de moi avec mon 50D et mon 100-400mm. La photo a été prise par Christophe à 2 mètres d'un chamois !
C'est vraiment rare de se dire : ah zut, faut que je recule je suis trop près pour shooter. Donc effectivement dans des occasions pareilles où les chamois viennent à vous, un 50mm suffit ...

Merci Christophe pour cette jolie photo !

Voilà pour cette petite parenthèse, mais continuons notre tour d'horizon sur le matériel :

  • Le boitier : encore une fois cela dépendra des roros que vous avez à y mettre, mais sachez qu'un bridge ne fera pas l'affaire, optez pour un reflex avec un auto-focus performant avec une bonne réactivité, surtout en sous-bois par faible lumière. On trouve de très bons boîtiers d'occasion pour environ 400 euros comme mon EOS 50D par exemple.
  • Un accessoire presque indispensable le trépied, je dis presque : car on pourra toujours s'appuyer sur un piquet, une branche ou à même le sol en position couché. Ce qu'il faut avoir en tête c'est qu'en photographie animalière, on recherchera avant tout de la stabilité pour réussir ses photos.
  • Des vêtements discrets et confortables : vous avez plusieurs possibilités, on trouve pour pas trop cher des vêtements camouflage dans des surplus militaires, comme ce que je porte sur la photo ci-dessus, toutefois les vêtements militaires sont fait pour ne pas être vus de l'homme, et sont moins bien adaptés. Par-contre si vous avez un budget plus conséquent vous pouvez trouver des vêtements adaptés pour ne pas être vu des animaux dans les rayons pêche et chasse de certaines enseignes, on y trouve des vêtements chauds et imperméables ... Comptez quand même environ 150 euros pour une bonne parka et un pantalon.
  • Si vous avez comme moi un 100-400mm tout blanc, pensez à le camoufler soit en bricolant une chaussette de rando couleur camou, ou encore un filet de camouflage peut faire l'affaire. Sinon il existe un accessoire tout fait : le lenscoat camou en néoprène disponible pour une large gamme d'objo, comptez quand-même entre 20 et jusqu'à 100 euros pour des focales de 500mm. Il a le double avantage de camoufler votre objectif et de le protéger contre les petits chocs et les rayures genre ronces, branchages puisqu'il fait 3 à 4 millimètres d'épais.
  • Pour finir avoir un rouleau de gaffeur dans son sac permet de camoufler du matériel photo, de monter un affût fixe, un affût flottant ...

 

Les réglages boîtier en photographie animalière :

Pour s'aventurer dans le domaine de la photographie animalière, il faut d'une part avoir des connaissances naturalistes (primordiale) et aussi une bonne connaissance de son matériel (indispensable).
En effet l'un ne va pas sens l'autre ! ajoutez à cela une bonne dose d'obstination et beaucoup de patience. Si vous réunissez ces ingrédients vous êtes parés ! Mais revenons sur les réglages :

  • Le programme AV (priorité à l'ouverture)

Pour moi, point de salut sans le mode AV, c'est le mode que j'utilise à 99% en photographie animalière.
Pourquoi le mode AV ? tout simplement parce qu’il permet de se concentrer uniquement sur la profondeur de champ et laisser le boitier régler la vitesse correspondante pour une bonne exposition.
Le mode AV est le mode qui donne certainement les meilleurs résultats en animalier.

flamant-pdc

Un petit exemple avec ce portrait de flamant rose et une gestion maîtrisée de la profondeur de champ en mode priorité à l'ouverture.

  • Les ISO

Pour les ISO on essaiera de les régler le plus bas possible, 100 iso ou 50 iso si votre boitier le permet, et ce dans la mesure du possible. En sous-bois avec mon 100-400mm c'est très compliqué vu que l'objo n'est pas très lumineux. C'est là qu'un bon appui pour être stable est de rigueur. Mais rassurez-vous les boîtiers récents gèrent très bien le bruit des iso, en restant tout de même raisonnable !

  • Le mode de mesure

J'utilise le mode de mesure central pondéré : sélective (Canon) ou pondérée centrale (Nikon)  il va donner une importance plus grande au centre de l'image, et pondérer les zones les plus éloignées du centre. C'est l'un des modes les plus efficaces en animalier.

J'utilise aussi le mode de mesure spot, qui est un mode qui couvre environ 3,5% de la surface total du plan du film. Je l'utilise pour effectuer des mesures sur une partie spécifique du sujet.

  • Balance des blancs

Pour ma part c'est réglé en permanence sur nuageux ce qui correspond approximativement à 6000K, mais c'est pas bien important car si comme moi vous shootez en RAW, vous pouvez laisser ce réglage sur auto car tous ces paramètres peuvent être modifiés à volonté puisque le RAW est une sorte de "négatif numérique" qui permet des modifs à volonté non destructrices pour l'image.

 

Quand, à quel moment et comment photographier les animaux sauvages ?

Si vous voulez multiplier vos chances de réussite, là encore pas de place au hasard. Les meilleures heures pour rencontrer le plus d'animaux sont soit au lever du soleil, soit au moment du coucher du soleil.
Après si vous avez fait vos devoirs ! vous saurez bien évidemment quand aller photographier des chevreuils, sangliers et autres animaux de la nature.

heron-couche-soleil

Cette photo de héron cendré a été prise juste avant le coucher du soleil - le plumage gris blanc a pris une couleur feu grâce au soleil très bas. Sympa Non ?

 

Les différents vêtements et motifs de camouflage :

Il n'est pas aisé de trouver le camouflage adéquat avec le bon motif pour un type de milieu spécifique, c'est pourquoi je vous propose un petit tour d'horizon de ce qu'on peut trouver et pour quel milieu !

  • REALTREE APG

    Ce camouflage très réaliste dans les tons à dominance verte vous permettra de vous fondre dans la nature printanière ou forêts de feuillus....

  • ULTIMATE CAMO

    Ultimate Camo est un motif de camouflage reproduisant l'écorce du chêne blanc (white oak) américain. Ici pas de motif contrasté qui casse les formes contrairement au Predator. Il agit par mimétisme, pour intégrer celui qui le porte au biotope environnant.

  • SNOW - Neige

    Vêtements pour se camoufler dans la neige, idéal pour les photographes animaliers en hiver.

  • ASAT

    Le camouflage ASAT ( All Season All Terrain/Toute Saison, Tout Terrain) est un motif complètement polyvalent, comme le nom l'indique. Un seul motif pour tous les biotopes et toutes les saisons. Bien que d'apparence très simpliste, il n'en est pas moins très efficace !

  • PREDATOR

    Le camouflage Predator possède des motifs d'une très grande efficacité, basés sur un principe de fort contraste entre larges zones claires et sombres, de façon à bien déstructurer la silhouette humaine. Ce contraste élimine le problème de "masse" sombre fréquent avec de nombreux motifs camo trop détaillés. Predator Camouflage ne cherche pas à imiter un biotope ou environnement particulier, il est donc très polyvalent, utilisable en toutes saisons, tous biotopes.

  • MOSSY OAK

    Ce type de camouflage agit par mimétisme, pour intégrer celui qui le porte au biotope environnant. Leur motif imite à la perfection la végétation. Ses teintes neutres, de couleurs naturelles, vous permettront de vous fondre dans tous les biotopes.

 

Pour finir une tenue de type camologic que j’utilise en automne-hiver, Ce camouflage « Kamo Brown (brun) » présente des motifs forestiers hivernaux : tons bruns, fond sombre, feuillage réduit. Cette tenue camouflage étant orientée automne-hiver tient très chaud et elle est imperméable.

joe-bisceglia-camologic

Ci-dessus une photo de moi en tenue camologic BR, cette photo a été prise par ma chérie Nathalie, merci beaucoup pour cette petite session photo !

Ses avantages :

  1. Camouflage Motif Kamologic réaliste haute définition avec effet de profondeur.
  2. Isolation thermique Doublure polaire très chaude et amovible.
  3. Imperméabilité Membrane imperméable et coutures étanchées.
  4. Respirabilité Membrane imperméable et respirant.
  5. Coupe vent Double rabat tempête sur zip principal, serrages bas manche et taille.
  6. Déperlance Matière traitée pour ne pas se gorger d'eau sous la pluie.
  7. Multi-poche 2 poches cargo, 2 repose mains, 1 poitrine, 1 grande poche dorsal.
  8. Modularité Doublure polaire amovible, capuche réglable et amovible.

 

joe-bisceglia-camologic-b&w

 Ci-dessus une version N&B : convainquant non ?

Astuce trouvée sur le blog de Cédric G. pour « simuler » la vision du chevreuil : il suffit à l’aide d’un logiciel permettant de travailler sur les couches RVB d’une image (Rouge/Vert/Bleu), de masquer la couche rouge.

 

Voilà pour cet article,
J'ai essayé d'aborder les points essentiels pour bien démarrer en photographie animalière, et je pense qu'il y a déjà de quoi faire ...

Bien-sûr on pourrait développer chaque point abordé dans cet article car le sujet est riche, pour cela je vous invite à utiliser le formulaire de commentaire pour enrichir ce vaste sujet qu'est la photographie animalière ...

 

Et vous ! êtes-vous débutant ? ou expert en photographie animalière ?

Quels sont vos secrets ? vos trucs et astuces ?

 



  • Facebook
  • Delicious
  • Pinterest
  • Add to favorites
  • Email
ABONNEZ-VOUS à la NEWS ! et Recevez toute l'actu du Blog !


VOUS POUVEZ SURFER D'UN ARTICLE À L'AUTRE

« Canon EOS 7D Mark II pour 2014 ? Photographier en contre-jour : laissez parler votre créativité ! »


61 Commentaires
  1. Superbe article Joe, bravo ! Très bien écrit. Je ne savais pas que tu avais la combi camouflage, t’es au top pour aller voir les sangliers, chevreuils et… Lynx :twisted: :mrgreen:

    J’aime beaucoup la photo animalière, pour le moment je suis un piètre photographe animalier, certainement par manque de temps et d’investissement personnel mais qui sais… un jour peut être j’aurais mon Lynx en portrait :roll: :lol:

    Merci pour cet article

    • Merci Mathieu !

      J’ai profité de ma convalescence pour faire un article de fond sur la photo animalière, c’est vrai que la tenue camou est top ! Je l’ai depuis peu et les premiers essais sont plutôt concluants …

      Je ne pense pas que tu soit un piètre photographe animalier, comme tu le dis la photo animalière demande beaucoup temps, j’ai bien du mal à faire autre chose niveau photo que de l’animalier faute de temps …

      Faudra s’organiser un affût en sous-bois à l’occasion, histoire de tirer le portrait à un Lynx et autre animaux de la forêt ;-)

      Merci à toi, à bientôt !

  2. superbe article , et belle description des vêtements de camouflage, tu aurais peut être pu mettre un lien pour se sujet. Par contre j’adore la photo prise par Natty la 2eme c’est assez bluffant :smile: . a quand notre tente affut ? encore bravo pour cet article ;-)

    • Merci Tophe,

      Pour des liens sur les vêtements de camouflages, il y a trop de boutiques et je préfère rester neutre, et c’est pas le but de l’article, j’ai juste fait un petit tour d’horizon sur ce qui ce fait, une petite recherche avec ton moteur préféré et tu trouve facilement ! Surtout avec les détails sur les différentes tenues citées dans l’article, y’a de quoi faire …

      Sinon merci pour Nath, je transmets !

      Et pour ce qui est d’une tente affût : affaire à suivre …

      Merci à bientôt ;-)

    • J’aurais pas compris que c’était une question si tu me l’avais pas dis ce matin au taf …

      Donc oui c’est bien l’œil de ta Boxer et c’est bien avec le 100 macro ;-)

      Sympa l’effet miroir :mrgreen:

  3. Superbe initiation, pleine de bon sens et d’enseignement .
    Juste 2 points oubliés ou pas encore évoqués .

    A la billebaude, le plus important est de savoir reculer…ou renoncer…à temps . Reculez 95 fois sur 100 .

    L’odeur…
    Joyeux proprétaire ( par accident ) d’un jeune chien pistar très prometteur en écollage, j’ai maintenant la confirmation de certaines choses que je suspectais sans nécessairement pouvoir somatiser : le sens du sentiment au raz du sol, à 1 m , a 5 m, à la cime des arbres et dans le ciel peuvent êtres complètements différents… et la voie ( le parcours ) continue à transpirer longtemps…
    Quand à nos cosmétiques sociaux ( dentifrice, déos, gels douche, shampoins, lessive, cirage … ), oubliez les ! Ou sortez du bois

    Résultat, certains ce foutent de moi quand je recules. Tant mieux car quand j’avance, j’affiche souvent un nouveau portrait 1/1 au dessus de mon buffet de salon…

    Merci Joe

    • Effectivement le chapitre sur les cosmétiques n’a pas été évoqué … Je vais le rajouter ou plutôt consacrer un article complet sur le sujet !

      Mais oui vous avez raison il faut absolument oublier tous ces produits cosmétiques pour rentrer dans le bois ! faute de quoi vous rentrerez bredouille …

      Et pour ce qui est de savoir reculer ou renoncer à temps en billebaude, je pense que c’est l’expérience de chacun qui permettra des rencontres réussies, et c’est clair qui faudra adopter un comportement adéquat pour éviter de faire fuir les animaux …

      Merci à vous pour ces deux points !

  4. Très bon blog, j’ai hâte de lire de nouveaux conseils !!!

    Pour renforcer cet partie du billet : « Pratiques morales en photographies animalières », je suis confronté parfois à ne pas avoir envie de prendre une photos à cause des déchets dans le cadre qui gâchent la photo, et parfois je suis obligé de faire un plan très serré mais cela enlève le côté « histoire » que je voulais raconter dans la photo.
    J’imagine que les photographes animaliers son particulièrement sensibles à ne pas polluer leur terrain de chasseurs d’images !!

    @ bientôt !

    • Et bien merci beaucoup Guillaume !

      J’aime à croire que les photographes animaliers ne polluent pas leurs terrains de chasse d’images !

      Néanmoins une de mes bonnes résolutions, c’est d’emporter un sac plastique avec moi et de ramasser les dechets ! Dans la mesure du possible, car parfois on trouve des déchets volumineux et c’est plus compliqué …

      Pour en revenir à prendre une photo ou pas à cause des déchets ? Perso je prends ce genre de photos, ne serait-ce pour témoigner de l’état de nos forêt …

      En tout cas merci pour ce commentaire pertinent !

      A bientôt …

  5. Salut, alors un grand merci pour cette page fabuleuse en infos. Je shoot également en proxi photo puis animalier et j’ai personnes autour de moi pour le System d’approche, camouflage, reglage etc… Super bien écrit précis propre. Entre passionné on se comprend facilement de toute façon.
    J’ai le 100 /400 is usm sur un 7D et j’ai du mal à avoir un piqué super comme sur tes clichés. Je le trouve mou, je doit faire 10 photos callé por avoir une au top sinon en crop sur Photoshop c’est pas net. J’ai testé différente vitesses, diaph, m.a.p mais pareil, c’est énervant
    Voici ma page FBk LLB photo
    Tu pourra y voir quelques clichés
    Dommage que tu soit pas sur bordeaux un plaisir de venir shooter avec toi
    À +.

    • Salut,
      Tout d’abord désolé pour la réponse tardive !
      Merci à toi pour l’intérêt que tu porte à l’article …

      Concernant le 100-400, il faut beaucoup de lumière pour arriver à sortir des images correctes. En faible luminosité ça pêche un peu mais il y a quand même moyen de faire de belle chose.

      Pour de l’animalier l’idéal c’est de pouvoir s’approcher du sujet car trop croper, les images perde en détails et le piqué n’est pas au rendez-vous.

      Après il faut vraiment être stable et une vitesse relativement rapide pour éliminer les flous de bougés …

      Cela fait longtemps que tu as le 100-400 ?

      Sinon si tu à l’occasion de passer en Franche-Comté n’hésite pas à me faire signe …

      A bientôt et encore merci pour tes compliments !

    • Mais je t’en prie ;-)

      Et non je n’ai pas f**b** par conviction personnel, mais tu peux t’inscrire à la newsletter pour suivre l’activité du blog :mrgreen:

  6. Bonjour,
    J’ai trouver votre site très intéressant. J’ai pus mettre en pratique certaine de vos explication se matin. Mais sortie non concluante. Je suis un amateur qui commence a se passionné pour la photo animalier et forestière. Se matin grâce a vos explication j’ai pus apprendre beaucoup de chose sur mon appareil et mon objectif. Mon matériel : Sony aplha a57, objectif sony : DT 3.5-5.6/18-55 SAM, DT 4-5.6/55-200 SAM, objectif SIGMA DG 150-500mm 1:5-6.3 APO HSM.
    Je ne ces pas si mon matériel et vraiment adapter pour se type de photo. J’aimerai apprendre plus.
    Vos connaissance pourrais peu être me permettre de mieux connaitre mon matériel et de trouver de bonne technique pour faire des photo réussi.

    coridalement

    • Bonjour François,

      Merci pour l’intérêt que vous portez au blog !

      Concernant le boitier je pense que ça fait l’affaire, après pour le 18-55mm en animalier c’est un peu trop court. Pour le 55-200mm et le 150-500mm, il y a moyen de déjà bien s’amuser en animalier, niveau focale à partir de 200mm on est plutôt confortable.

      Après concernant la qualité d’image, je ne peux pas trop me prononcer car je ne connais pas « jamais testé » ces objos.

      Le seul point vraiment gênant sera l’ouverture en faible luminosité comme en sous bois, ou au lever et coucher du soleil.

      Voilà, n’hésitez pas à me solliciter si vous avez d’autres questions …

      Cordialement,

      Joe.

      PS : s’il y a des utilisateurs du même matos que François, vos avis sont les bienvenus ;-)

  7. Bonjour François,

    En effet le télé, n’est pas plus plus important quand on fait de l’animalier. Un 300mm f/4 ou f/2.8 est bien plus intéressant (alors oui on est plus dans les même prix pour le f/2.8) dès que la lumière est faible, après c’est un travail d’approche pour photographier plein cadre les animaux souhaités.
    Les gros téléobjectifs d’entrée de gamme perdent en piqué lorsqu’on zoom à fond, en faible lumière ils sont paresseux sur l’autofocus (je ne travaille qu’avec un 55-300 pour l’instant) et ne sont par forcement les meilleurs lorsqu’il s’agit d’être un peu créatif pour sortir du tronc commun.

    Bonne continuation photographique,
    Guillaume

  8. bonjour joe et guillaume
    merci pour vos réponse
    Pour le 150-500 il es a mon frère je lui emprunte car il ne l’utilise pas et je n’es pas assez de moyen pour pouvoir m’en achetai. Se matin comme beaucoup de matin en se moment je sort en foret et je m’es en pratique toute les explications donner sur se site. Sa m’aide vraiment beaucoup. Effectivement je me suis aperçu que j’avais un problème de luminosité avec mon objectif je suis obliger d’attendre vraiment que le jour soit levé. Se matin ici le soleil bâté son plein, je pence avoir réussi quelques belles photos grâce a celui ci.
    Je suis pas encore très bien équiper je me ballade avec mon trépied en permanence. Je trouve sa lourd et pas très maniable. Je me tâte a m’achetai une canne télescopique qui face 150 a 170 cm de haut. Es une bonne idée?
    Si un personne utilise le même type de matériel sa serai sympa m’expliquer vraiment toute les fonctionnalité.
    Si une personne habite en Normandie et souhaite partager ses sorties sa serai avec plaisir je ne demande cas apprendre.

    cordialement

    • Salut François,

      Mais avec plaisir, c’est un des premiers objectifs de mon blog : le partage d’expérience autour des techniques photographiques et aussi l’aspect technique du matos et ses subtilités.

      Pour ma part ayant un objectif lourd comme le 500mm, j’utilise énormément mon trépied.
      J’ai appris à me déplacer sur le terrain avec mon couple boitier/ objo monté sur trépied avec une tête pendulaire, même si c’est pas trop recommandé.

      C’est vrai que c’est encombrant et lourd mais quasi indispensable, car la stabilité et d’or avec ce genre de focale.

      Après j’utilise aussi des appuis que m’offre la nature, et j’ai aussi un monopode pour certaine situation.

      Donc pour moi : Oui c’est une bonne idée de palier le trépied avec un monopode (canne télescopique).

      Cordialement,

      Joe.

  9. Bonjour Joe et François,

    Pour ma part, en billebaude, je pars bien plus léger … pas de trépied, pas de monopode ! Je me suis fais un bean-bag remplis de billes polystyrène pour que ce soit léger, et stable. C’est bien moins lourd que les vrai haricots et ca s’installe en un clin d’oeil, sur n’importe quelle surface, il faut cependant ne pas avoir peur de mouiller le pantalon et la veste car il faut parfois se coucher … bref se camoufler, mais en sous bois c’est parfait pour moi.

    Ca reste mon avis bien sûr et ma petite expérience, j’ai pratiquement pas fais de sous-bois (par manque d’occasion) mais dans les grands parcs de Nantes, je l’utilise très souvent et ca me va bien. Ca s’achète sur internet pour moins de 40€ pour des grands modèles pour les objos de plus 400mm …

    Bonnes photos,
    Guillaume.

    • Bonjour Guillaume,

      Effectivement tu as raison le bean-bag est très pratique, et cela reste une alternative peu coûteuse.

      Pour ma part lors de mes billebaudes, je me promène avec le 100-400mm qui reste léger. Comme j’ai une protection en néoprène camou sur mes objos, je n’hésite pas à prendre appui sur ce que j’ai sous la main, même au sol parfois.

      Ca c’est quand je veux bouger léger lors de repérage ou ballade en famille, ou encore entre amis.

      Sinon j’ai pris l’habitude de me déplacer avec l’artillerie lourde, mais c’est un choix.

      Pour les affûts c’est trépied d’office, le petit siège qui va bien ou encore couché au ras du sol sur trépied comme le mien le permet …

      Après toute les méthodes sont bonnes à prendre, l’important c’est de trouver ce qui convient pour soit, et c’est vrai que c’est pas simple au début de trouver ses marques.

      Merci encore Guillaume ;-)

      Bonne photos à toi,

      Joe.

  10. Salut joe et guillaume

    Merci pour vos réponse.

    Je croix que je vais aller m’achetai un monopode et je partirai avec les deux en billebaude car la canne me servirez en marche pour être rapide et stable a la fois (se que je fait déjà avec le trépied je le laisse déplier avec l’appareil photo en permanence déçu mes au bout de quel heure de marche sa pèse assez lourd, encombrant et pas très discret quand il s’agit de se mettre en position pour prend la ou les photos ) le monopode mes permettrai de faire la même chose, moins lourd et moins encombrant. Je garderai le trépied avec moins accrocher sur le sac et quand je déciderai et trouver un bonne endroit je m’en servirez pour l’affût.
    Pour le le bean-bag effectivement sa ma l’air très pratique et prend peu de place. Je n’ai pas de protection néoprène sur mon objectif et comme je le disais das mon message précédant il ne m’appartient pas j’y prend donc très soin. Je n’ais pas encore utiliser toute les techniques comme me coucher pour faire des photos (pas eu l’occasion) ou autre mes cela viendra peu être un moment ou l’autre.
    Se matin en me promenant j’ ai trouver une grosse bauge a sanglier avec un beaucoup d’emprunte de sanglier. D’après se que j’ai pue constater elle es très fréquenter. Ma question es comment faire pour les surprendre entrain de se bauger sans me faire voir. Cette endroit se trouve au bord d’un chemin en pente, derrière un grillage (dans le quel il y a un gros trou juste devant la grosse bauge il y a même un vrai couloir en direction du trou vu le nombre d’emprunte que j’ai pus constater). J’espère que mes explication sont assez clair, je ne sait pas trop comment mi prendre.

    bonne photo a vous
    Cordialement françois

    • Salut François,

      Comme je le disais à Guillaume (merci à lui pour ça contribution) le plus difficile c’est de trouver ce qui convient à chacun, puisque nous avons tous nos façons de faire et nos petites habitudes.

      Pour tes sangliers, la première chose à faire c’est connaitre leurs habitudes. Mais attention il ne faut pas se faire repérer, au risque de les faire fuir.

      C’est-à-dire :

      – Repérer un endroit stratégique (près de ta bauge) pour faire un affût, ou l’on pourra avoir une zone dégagée pour faire nos photos.

      – Se placer face au vent, car le sanglier à un odorat extrêmement sensible.

      – Une fois en planque, il faut plus faire de bruit car autant le sanglier à une mauvaise vision, mais il a une ouïe très sensible également.

      – L’idéal pour l’observer et le photographier reste le lever du jour, même si en soirée les chances sont également importantes.

      – Au niveau matériel, mieux vaut privilégier la luminosité de l’optique à la focale. Un 300mm semble être un minimum.

      – Le camouflage devra être intégral pour éviter les forts contraste avec l’environnement.

      – Pour finir une bonne dose de patience :mrgreen:

      Voilà, je te souhaite bon courage et bonne chance pour tes sangliers !

      Bonne photos.

      Joe.

  11. Salut joe

    Merci pour ces explications, plus cas mettre en pratique. La seule chose qui m’embête c que se n’es pas très lumineux je vais essayer de me débrouiller avec mon matos.
    Joe et guillaume, ou faites vous vaut photos? Forêt privé, domaniale, étangs ou la lacs se sont des endroits privé ou public?

    Merci

    Cordialement et très bonne photos à vous
    François

    • Salut François,

      Dans des endroits publics, en forêt, étangs, lacs ou en montagne …

      Pour ce qui est privé demander une autorisation, en général ça ne pose pas de soucis.

      Cordialement,

      Joe.

  12. Salut joe

    Merci pour la réponse. J’ai plus cas me mettre en recherche du propriétaire du parc garder que je viens de trouver sa va pas être une parti de plaisir je le sans.

    Très bonne continuation à toi.

    Cordialement
    François

  13. Pingback: Les bons conseils - FAUNE FLORE PHOTOGRAPHY

  14. bonsoir a tous
    je tien a dire merci a joe de nous faire partage son expérience et sa passion.
    étant novice dans le monde de la photographie  » animalière ” et n’aillant pas
    du matériel approprie , un reflex 100d recent ( 11/2015 ), 2 objectifs que j’avais acheté
    avec un boitier canon 300d qui date de houllla la . tout est compatible et c’est le principal .
    il y a peut de temps a cote de mon village , il y a une foret ou ji vais régulière soit a vtt ou en mode pédestre avec
    biensur le 100d accroche au coup .
    ce jour là un chien m’accompagne en mode pédestre et nous coupons a travers ” champs ” , le chien renifle a droite et a gauche , nous étions sur un vieux chemin et au loin je vois biches et cerfs qui travers ce chemin, le chien n’a rien vu , nous avançons jusqu’au niveau du passages du gibier et là le chien a bien renifle l’odeur , je laisse le chien suivre l’odeur , nous fusion en gros 100m et je regarde sur la droite ,, que vois je , 2 cerfs qui s’amusé , je réduit la laisse du chien pour nous cache derrière un arbre , le vent face a nous mais nous ferions trop de bruit , surtout le chien lol . nous nous approchons petit a petit et réussi a faire quelques photos d’un cerf qui nous a vu , senti .
    quelques fois nous n’avons pas besoin de se cache pour voir du gibier , de puis ji suis retourne sans le chien et il y a un passage ou le gibier passe régulièrement , maintenant plus qua trouve un bonne emplacement et être patient , le seul problème est le vent qui est en diagonal par rapport au passage et surtout avoir une tenu de camouflage .

    • Bonjour Camille !

      Content que je puisse vous apporter de l’aide via le site ;-)

      Alors désolé pour la réponse tardive, mais je suis très occupé en ce moment, en effet nous avons créé un collectif d’artistes : http://les-arts-du-saugeais.com dont je fais parti et dont j’assure la vice présidence …

      Concernant le matériel de camouflage de décathlon, oui c’est très bien, c’est chez eux que j’ai acheté mes tenus …

      Cordialement,

      Joe.

  15. Ah je découvre ces chouettes conseils. Je pense que je vais passer un cran au dessus pour le camouflage car je n’y allais qu’en pantalon marron et pull beige (Unis les deux, donc je comprends mieux!).
    Habitant dans une propriété (lieu d’accueil de groupe) avec un parc de 15 Ha, je vais pouvoir me faire plaisir en suivant tes conseils.
    Merci et bonne semaine,

    • Bonjour Camille,

      Comme je vous l’ai déjà mentionné dans une précédente réponse, je suis très occupé en ce moment, donc soyez patiente sur le délai de réponse, je réponds toujours selon mes disponibilités …

      cordialement,

      Joe.

    • Bonjour Camille,

      Concernant le martin pêcheur, oui c’est relativement difficile à photographier.

      LA RÈGLE D’OR EST DE S’ASSURER DE NE PAS DÉRANGER L’ANIMAL !!! et cela vaut pour tout les animaux.

      Comme pour tous les sujets, il faut et il est indispensable de bien le connaitre ! Ceci est la base de la photo animalière.

      Il faut mettre tous les paramètres de son côté :

      – Repérage ( lieu, habitat et endroit ou il se pose)
      – Observation ( le comportement, ses habitudes)
      – Et ensuite et seulement penser à la photo.

      Ne comptez pas sur la chance, vous serez frustrée et déçue .

      Voilà, j’espère que ces quelques pistes vous aideront pour votre chasse photographique.

      Cordialement,

      Joe.

    • Bonjour,

      Pour répondre à ta question : « bonjour j’ai une question est-ce que un lumix va pour les photigraphies dans les marais »
      Je te répondrais : « Est ce qu’une Renault permet de rouler sur les chemins ».

      Il faut te dire quel le matériel n’est pas un problème en soit. Ton Lumix est un compact ? Un bridge ? Quelle est la longueur focale maximum de cet APN ? … Bref, la vraie question est : Qu’est ce que tu veux faire comme photographie ? Un Lumix peut faire l’affaire !! :mrgreen:

      @+

    • Bonjour Camille et Guillaume !

      Guillaume merci pour ta réponse ;-) . En effet je suis d’accord avec toi …

      Juste un petit bémol sur le matériel, certes ce n’est pas un problème en soit dans une certaine mesure :

      – effectivement une renault dans un chemin bof bof ! bonjour les frais pour les dégâts occasionnés …
      – niveau matériel c’est un peu la même logique !

      1 – Il faut évidement prendre en considération la longueur focal :
      – prendre des oiseaux par exemple dans les marais devient compliqué dans le sens ou en général l’accessibilité est fortement réduite. Même avec des waders, expérience vécu avec les bras levées et le matériel dans les mains …

      2 – le but final de tes photographies :
      – Si n’importe quel APN peut prendre des photos, tous ne se valent pas. Selon le capteur et la résolution de l’APN on pourra faire des tirages photo de plus ou moins grande taille. Je travaille avec un 5dm2 et je peux faire des tirages de qualités de plus d’un mètre …
      – Autre points à prendre en considération, en animalier, c’est comme en photo sportive, il faut des APN performant pour pouvoir saisir l’instant crucial. Exemple : un milan à pleine vitesse avec un mulot dans le bec, un lièvre en pleine course …

      Voilà, j’espère que cela t’aidera dans tes recherches ! bonne photo ;-)

      Joe.

  16. Bonjour,
    je suis un passionné de la nature comme toi et les oiseaux sont aussi ma drogue, je vais commencé à pratiquer cette approche, je suis militaire et je reviens juste d’Amérique du sud et la forêt amazonienne est un super terrain de jeu qui m’a vraiment donné envie d’approfondir cette technique d’approche. Niveau camouflage, j’ai de la chance car je suis vraiment bien équipé ;) reste à tester cela dans la forêt. Tes conseils seront précieux je pense maintenant c’est le terrain qui commande et il faut quand même de l’expérience pour s’adapter et se fondre dans cette nature, ça va le faire je suis confiant. Niveau matos, j’ai mon D 7100, et mon 120-400 et un 55-300 qui suffiront largement pour attaqué, et un trépied au pire si je décide de campé :) Merci encore pour les conseils et à bientôt ;)

    • Bonjour Geoffrey,

      Quelle chance d’avoir pu arpenter la forêt amazonienne ! Ça doit être magnifique ;-)

      Merci pour ton commentaire, attention toutefois pour le camouflage militaire qui est plus adapté pour être invisible de l’être humain. Pour la faune le camouflage être un peu différent, à tester sur le terrain.

      Bonne continuation à toi et bonne chasse photographe ;-)

      À bientôt ! Joe.

  17. Tournier-Colletta Jean-Luc

    Bonjour Joe
    Merci pour tous ces conseils précieux.
    Je pratique l’observation avec des jumelles en forêt et le camouflage sera plus pour ne pas être repérer trop tôt.
    Par contre, il est indispensable d’être vu par un autre prédateur qu’est le chasseur… :shock:
    En plus du camouflage, un gilet orange (aussi utilisé par les chasseur) serait le bienvenu. Sécurité oblige. :oops:
    A bientôt
    Jean-Luc

Laisser un commentaire

;-) :twisted: :smile: :shock: :sad: :roll: :razz: :oops: :neutral: :mrgreen: :mad: :lol: :idea: :grin: :evil: :eek: :cry: :cool: :arrow: :???: :?: :!: